5 Lunes dans la brume

Quelques nappes de nuages traversent le ciel le soir du 7 mai, et renforcent l’impression d’immensité en diffusant la lumière de Séléné.

dsc_0089
La Lune dans les nuées nocturnes. On aperçoit Arcturus, l’étoile principale du Bouvier dans la trouée. Téléobjectif 18mm, F/D3.8, 2500 ISO, 1/30s. Le 7 mai 2017.

Quelques minutes plus tard, un halo apparaît autour de l’astre de la nuit, résultat de la diffusion et de la dispersion de la lumière par l’eau des nuages. Et Jupiter se montre, à 2 degrés du disque lunaire, à l’intérieur du cercle rougeâtre…

dsc_0104
La Lune et Jupiter dans les nuées. Jupiter est dans le halo, vers 17h par rapport au disque lunaire. Téléobjectif 70mm, 1000 ISO, F/D5, 1s de pose. Le 7 mai 2017. La mise au point est un peu approximative. Vraiment difficile de mettre au point à l’infini en manuel avec un téléobjectif…

Puis les nuages s’écartent, et je mets le télescope en action, pour capturer le rapprochement Lune-Jupiter.

dsc_0116
La Lune et Jupiter (sur le bord droit) à 2 degrés l’un de l’autre. Télescope T150/750, au foyer, 800 ISO, pose de 1/2000 s. Le 7 mai 2017.

En poussant un peu l’exposition, la Lune se voile dans la blancheur, mais les Lunes de Jupiter apparaissent… 5 Lunes sur le même cliché.

dsc_0122
La Lune, Jupiter et ses satellites. Le 7 mai 2017, télescope T150/750 au foyer, 800 ISO et 1/15s de pose.

800 milliards…

M104 est une galaxie massive située à la limite des constellations de la Vierge et du Corbeau, à 46 minutes à l’ouest de Spica (l’Epi de la Vierge, l’étoile principale de la constellation du même nom). Sa masse totale, comprenant les étoiles, les planètes, le gaz et la poussière qu’elle contient, vaut approximativement 800 milliards de fois la masse de notre Soleil. Cette galaxie est un membre un peu isolé de l’énorme amas de la Vierge. Elle est située à une trentaine de millions d’années-lumière.

La distance abyssale qui nous sépare d’elle calme un peu cette ambiance de superlatifs. Sa magnitude visuelle est de 8.7. Elle est donc une dizaine de fois plus faible que la plus faible étoile visible à l’œil nu. Mais dans le clan des galaxies, elle compte parmi les plus brillantes. Elle est barrée d’une bande de poussières très sombres, ce qui lui donne l’aspect d’une spirale vue par la tranche. Mais des études récentes laissent plutôt penser qu’il s’agit une galaxie elliptique un peu particulière. Elle est surnommée la « Galaxie du Sombrero »…

L’image ci-dessous a été prise le 19 avril 2017. J’ai profité de la disparition de la rangée de sapin pour pointer le télescope sur M104 qui ne se trouvait qu’à une vingtaine de degrés au-dessus de l’horizon Sud-Est.

M104_5imPSz
M104. Addition de 5 images sur 2000 ISO, pose totale de 100 secondes. T150/750, au foyer, le 19 avril 2017.

Enfant des étoiles

L’un des plus étranges objets célestes se trouve dans le Corbeau, juste sous la constellation de la Vierge. NGC4038 et NGC4039 sont deux galaxies interconnectées et déformées par la gravité.

Le soir du 19 avril, le couple est bas sur l’horizon sud-est. La prise et l’addition de 8 photographies au foyer du télescope T150/750 révèlent bien le couple, malgré une absorption atmosphérique importante car on est proche de l’horizon. Je suis frappé par l’apparence de fœtus humain que donne les deux galaxies… et je repense instantanément à l’enfant des étoiles de Arthur Clark dans « 2001, l’odyssée de l’espace »…

antennes_8imPSz
Les Antennes (NGC4038-4039). Le 19 avril 2017. Télescope T150-750, addition de 8 photographies, pose totale de 200 secondes sur 2000 ISO.

Les « Antennes » sont situées à 45 millions d’années-lumière. La lumière qui nous parvient date de l’Eocène.

Horizon sud

Mon horizon sud s’est ouvert considérablement la semaine dernière. Le parc à l’abandon derrière chez nous a été acheté récemment, et le nouveau propriétaire a pris la décision d’étêter la rangée de vieux pins qui barraient une bonne partie de l’horizon vers le Sud. Tout un monde nouveau se révèle…

Sirius est l’étoile la plus brillante du ciel. Elle s’impose au dessus de l’horizon sud-ouest en début de soirée. C’est l’étoile principale de la constellation du Grand Chien. En décalant le télescope d’environ 15° vers l’Est, je tombe sur l’amas d’étoile M46 dans la constellation de la Poupe. Cet amas regroupe plusieurs centaines d’étoiles sur fond de Voie Lactée. Sa taille apparente est proche de celle du disque lunaire. M46 est situé à plus de 5000 années-lumière du système solaire. Dans ce fourmillement d’étoiles, on distingue la petite nébuleuse planétaire NGC2438, témoin de la mort « douce » d’une étoile.

M46_6imPSz
L’amas d’étoiles M46 dans la constellation de la Poupe. Addition de 6 photos, pose totale de 2 minutes sur 2000 ISO. Télescope T150/750, le 13 avril 2017. On distingue la nébuleuse planétaire NGC2438 (Mv: 11), petit nuage bleu proche du centre de la photo.

Tempête rouge

Jupiter se lève à l’Est. La planète géante est chaque soir un peu plus haute sur l’horizon. Le diamètre de la planète est d’environ 140 000 km, contre 12 800 km pour la Terre. Jupiter est une géante gazeuse constituée essentiellement d’hydrogène. Même avec un petit télescope, on voit facilement les bandes nuageuses qui strient le globe. L’atmosphère de Jupiter est également parcourue par des tempêtes gigantesques qui peuvent persister plusieurs siècles. La plus étendue est la « Grande Tache Rouge ». Situé à 20° de latitude sud, ce tourbillon gazeux fait environ 20 000 km de diamètre et pourrait engloutir la Terre.

Je n’ai jamais réussi à capturer la Grande Tache Rouge, essentiellement par manque de focale, et donc de grandissement. Je tente le coup en ajoutant un oculaire de 10 mm de focale, auquel j’ajoute une bague de 28 mm pour atteindre 7 mm de focale. Et je fixe l’appareil photo au bout de ce long tube assez improbable. Le tout fournit un grandissement d’environ 110 X. Reste à soigner la mise au point et surtout à vaincre une partie de la turbulence atmosphérique. Jupiter est brillant, je peux me permettre des poses courtes : j’opte pour une sensibilité de 400 ISO et des poses de 1/13 s, après de nombreux essais.

Et l’œil rouge de Jupiter me fixe par-delà les espaces béants…

jupiter_4imPSz
Jupiter, le 11 avril 2017 vers 22h30 locales (20h30 temps universel). Grandissement de 107 X, télescope T150/750, 400 ISO, addition de 4 photos, chacune à 1/13 s de pose. La Grande Tâche Rouge est visible juste sous la bande de nuages équatoriale sud. La bande nord est parcourue de turbulences. La photo n’a subi aucun traitement des couleurs. C’est comme si vous y étiez ! L’aspect bleuâtre d’un des bords du disque est lié à un peu de dispersion chromatique inhérente au montage optique.

 

Pleine Lune

Lever de la Pleine Lune qui effleure le clocher de Lisle sur Tarn, le 10 avril 2017. C’est la première Pleine Lune depuis le 21 mars. Selon le concile de Nicée (325 après J.-C., forcément…), la date de la fête de Pâques est fixée au dimanche qui suit directement la date de cette Pleine Lune, c’est-à-dire dimanche prochain.

DSC_0013
Lever de Lune. Téléobjectif de 200 mm, 1/500 s, 1000 ISO. Le 10 avril 2017.

Bon, je triche un peu, la Pleine Lune, c’est pour le lendemain 11 avril 2017, à 6 heures TU, mais ça ne change rien au calcul de la date de Pâques. Un peu plus bas sur la photo, on aperçoit Jupiter.

Le Tourbillon

La constellation des Chiens de Chasse est discrète. Au printemps, elle se situe à droite de la Grande Ourse et ne contient qu’une seule étoile remarquable (Cor Caroli, le Cœur du roi Charles 1er d’Angleterre). Sur la ligne imaginaire qui relie Cor Caroli et Alkaid, l’étoile qui marque le bout du manche de la « casserole » que forme la Grande Ourse, on trouve la Galaxie du Tourbillon. Il s’agit d’une galaxie double : une magnifique spirale (Messier 51) et une petite galaxie irrégulière (NGC 5195). Messier 51 déploie l’un de ses deux bras spiraux jusqu’à effleurer sa petite compagne. Les deux galaxies sont situées à une trentaine de millions d’années-lumière.

M51_13imPSz
La Galaxie du Tourbillon : M51 et NGC5195. Addition de 13 images pour une pose totale de 4 minutes et 20 secondes, 2500 ISO. Télescope T150/750, le 28 mars 2017.