Du bleu dans le noir

Quelques nébuleuses planétaires. Des étoiles en fin de vie qui expulsent leurs couches extérieures. On commence la visite par la nébuleuse de la boule de neige bleue, dans la constellation d’Andromède. 30 secondes de pose au télescope T150/750, équipé d’un boîtier reflex Nikon D5000, 2000 ISO. J’ai supprimé les fonctions de réduction du bruit de l’appareil. On gagne en netteté. L’étoile brillante qui accompagne la nébuleuse est 13 d’Andromède. Elle est en fait à la limite de la visibilité à l’oeil nu (magnitude visuelle Mv 5,75). La nébuleuse est de magntiude 8 et sa taille est de 30 secondes d’arc, soit 60 fois plus petite que la Lune. il s’agit de l’image originale, non traitée.

NGC7662
NGC 7662, une étoile à l’agonie dans la constellation d’Andromède (en haut à droite). Elle est surnommée « la boule de neige bleue ». L’étoile blanche en bas à gauche est 13 Andromède. Photo prise dans la nuit du 18 au 19 octobre 2014.

Autre boule bleue dans le ciel nocturne : NGC 6826, la nébuleuse « clignotante » dans la constellation du Cygne. Elle a sensiblement la même taille que la boule de neige bleue. Différence notable : on voit très bien l’étoile centrale plongée au coeur de la nébuleuse. Elle est à l’origine de celle-ci. Pour ceux qui veulent le savoir, l’étoile centrale est de magnitude 11. Image prise dans les mêmes conditions que la précédente. A nouveau, je vous présente l’image brute, seulement recadrée.

NGC6826_blink_nebula
NGC 6826, la nébuleuse clignotante. Photo prise au foyer primaire du T150/750 le soir du 4 octobre 2014.

Pour finir, la plus célèbre de toutes : la nébuleuse annulaire de la Lyre, M57 (my precious…). Elle montre un stade plus avancé de l’agonie. L’étoile centrale est trop faible pour mon télescope (magnitude 15). Encore que… on a l’impression de voir un éclaircissement au centre de l’anneau. J’ai pris la photo avec l’équipement habituel (foyer primaire T150/750), 30 secondes de pose sur 2500 ISO, avec la nébuleuse proche du zénith. L’étoile serrée contre la nébuleuse est de magnitude 12.

M57
M57, la nébuleuse de l’anneau dans la Lyre. Photo prise au foyer primaire de mon T150/750, 30 secondes de pose sur 2500 ISO, au soir du 12 septembre 2014. On voit l’effet du lissage dû à la réduction du bruit opéré par le boîtier reflex (fonction activée sur ce cliché) : des petits nuages rougeâtres.

Classique, mais vaut le détour…

Bon, d’accord, c’est vraiment l’objet classique. Mais vu sa taille et sa luminosité, on ne peut pas faire l’impasse. M31, la galaxie d’Andromède. Univers-île à quelques 2,5 millions d’années-lumière de chez nous. La lumière qui nous parvient a été émise à l’époque de l’Homo Habilis. Son diamètre est de 150 000 années-lumière environ. Cet énorme assemblage d’étoiles qui s’enroule en une magnifique spirale a une masse totale qui excède 1000 milliards de fois la masse de notre Soleil.

La prise de vue : télescope 150/750, boîtier Nikon D5000, 2500 ISO, pose de 30 secondes. La photo a été prise le 24 septembre 2014.

M31_PS
M31, la galaxie d’Andromède. L’image a été travaillée avec photoshop.

On voit nettement NGC205, en bas à droite. « Petite » galaxie satellite de M31. Et aussi M32, à même hauteur que le coeur de M31, à gauche. M32 est une galaxie elliptique satellite de M31. On voit aussi très bien les gigantesques bandes de poussière qui s’enroule autour du noyau galactique. Pour avoir une idée de l’échelle, la galaxie est un peu plus grande que l’image de la Lune prise avec le même grandissement. Le travail photoshop se résume aux opérations suivantes (je suis néophyte…) :

  1. augmentation de l’exposition et de la luminosité. Puis légère baisse du contraste pour uniformiser le fond du ciel. Jusqu’ici, j’avais trop tendance à augmenter le contraste, ce qui rendait le fond du ciel granuleux, et donc très difficile à uniformiser lors de la seconde étape.
  2. le fond du ciel apparaissant alors orange à cause de l’éclairage du village, j’ai recalé le noir du canal R sur le fond.
  3. puis, j’ai joué avec la balance des couleurs pour équilibrer le tout.

Et la photo originale dans tout ça ?

DSC_0054
M31, photo originale.

Le cliché non travaillé avec Photoshop montre bien l’aspect quasi-ponctuel du noyau de M31.

Deep sky

Le 3 octobre 2014. La nébuleuse planétaire M76, dans la constellation de Persée. Capturée au foyer primaire d’un télescope célestron T150/750, boîtier reflex numérique Nikon D5000. Pose de 20 secondes sur 1000 ISO. Le fond du ciel était pâle, éclairé par une grosse Lune d’automne. L’image a été constratée avec GIMP, sans toucher à la balance des couleurs.

M76
Nébuleuse planétaire M76

Une étoile en fin de vie… La magnitude visuelle de la nébuleuse est de 10.5. L’étoile rouge est l’étoile HIP 8063 de magnitude 6.65. Cette étoile n’est pas visible à l’oeil nu. Dans sa plus grande longueur, la nébuleuse fait 1/20ème de la taille de la Lune.

Voici la photo originale, avant découpage et traitement avec GIMP. La Lune pollue pas mal le ciel, mais la nébuleuse est bien là, proche du centre. Et GIMP fait des miracles !

DSC_0019
M76 – photo originale