La Voie

Ciel limpide la nuit du 20 au 21 août. Voici 3 photos de la Voie Lactée, notre galaxie vue de l’intérieur. Toutes les photos sont posées 90 secondes sur 2500 ISO, objectif de 28 mm entraîné par la monture du télescope.

L’océan des étoiles, avec ses ressacs, ses récifs et son écume…

DSC_0028
La Voie Lactée en direction du Sagittaire. Les masses noires sont des arbres.
DSC_0029
La Voie Lactée en direction de l’Aigle.
DSC_0032
La Voie Lactée en direction du Cygne.

Suie

Vaqui_6im_PSz
V Aquilae, étoile de magnitude 7 dans la constellation de l’Aigle. L’un des objets les plus rouges du ciel. Addition de 6 images pour une pose totale de 90 secondes, télescope T150/750, le 11 août 2017.

 

V Aquilae est une étoile discrète de la constellation de l’Aigle. Côté luminosité, elle affiche une magnitude 7 et est en dessous de la limite de visibilité à l’œil nu. C’est une étoile particulière, puisque sa famille ne compte que 200 membres connus visibles avec un instrument d’amateur. V Aquilae est une étoile géante rouge drapée dans un manteau de suie. Cette suie bloque le peu de lumière bleue que l’étoile émet. V Aquilae apparaît donc d’un rouge éclatant vu de la Terre. Suivant les indications du Guide du Ciel 2017 de Guillaume Cannat, je trouve V aquilae à 3° à l’est de l’amas d’étoile M11.

V Aquilae est une étoile carbonée, en fin de vie. Elle se trouve à 1200 années-lumière du système solaire.

 

La piste des amas globulaires

Il y a beaucoup d’objets étranges dans l’Outre-Terre. Les amas globulaires en font partie. Ces mystérieuses boules d’étoiles accompagnent les galaxies dans leur voyage sans fin. Les troupeaux d’amas globulaires contiennent parfois des centaines d’individus pour une seule galaxie-mère. Vu dans un télescope, le spectacle est troublant. On dirait des puits qui attirent à eux les étoiles environnantes, pour former des condensations surréalistes. Mais ce n’est qu’un effet d’optique : les amas globulaires sont des objets extra-galactiques, situés parfois à des dizaines de milliers d’années-lumière, bien plus loin que les étoiles de notre galaxie La Voie Lactée qui apparaissent au premier plan.

Ophiuchus, la Tête du Serpent, l’Hydre Femelle sont des constellations riches en amas globulaires. Voici quelques photos prises le 24 et 25 mai 2017.

M5_7imz
M5. Amas globulaire dans la Tête du Serpent. L’étoile brillante est 5 Serpens Caput. L’amas est l’un des plus beaux de la famille des globulaires. Il semble projeter des chaînes d’étoiles. A la fois brillant, mais aussi d’aspect laiteux au centre, là où la lumière de milliers d’étoiles se mélange. T150/750, 7 images, pose totale de 170 secondes. 2000 ISO.
M10_7imPS
M10, dans la constellation d’Ophiuchus. 2500 ISO, 7 images additionnées, pose totale de 140 secondes. Au foyer du T150/750.
M12_7im
M12. Constellation d’Ophiuchus, à proximité de M10. T150/750, 2500 ISO, pose totale de 140 secondes.
M14_10imPSz
M14, un amas globulaire obèse ! Toujours dans la constellation d’Ophiuchus. Addition de 10 photos, 2500 ISO, pose totale de 200 secondes. Au foyer du télescope T150/750.

Et pour finir, un amas plus compliqué à saisir, dans l’Hydre Femelle, juste sous le Corbeau. Situé dans l’hémisphère sud du ciel, il reste assez bas sur l’horizon à nos latitudes, et sa lumière est considérablement atténuée par l’épaisseur de l’atmosphère terrestre.

M68_2imPS
M68, dans la constellation de l’Hydre Femelle. Somme de 2 photos à 2500 ISO, 40 secondes de pose, T150/750.

Horizon sud

Mon horizon sud s’est ouvert considérablement la semaine dernière. Le parc à l’abandon derrière chez nous a été acheté récemment, et le nouveau propriétaire a pris la décision d’étêter la rangée de vieux pins qui barraient une bonne partie de l’horizon vers le Sud. Tout un monde nouveau se révèle…

Sirius est l’étoile la plus brillante du ciel. Elle s’impose au dessus de l’horizon sud-ouest en début de soirée. C’est l’étoile principale de la constellation du Grand Chien. En décalant le télescope d’environ 15° vers l’Est, je tombe sur l’amas d’étoile M46 dans la constellation de la Poupe. Cet amas regroupe plusieurs centaines d’étoiles sur fond de Voie Lactée. Sa taille apparente est proche de celle du disque lunaire. M46 est situé à plus de 5000 années-lumière du système solaire. Dans ce fourmillement d’étoiles, on distingue la petite nébuleuse planétaire NGC2438, témoin de la mort « douce » d’une étoile.

M46_6imPSz
L’amas d’étoiles M46 dans la constellation de la Poupe. Addition de 6 photos, pose totale de 2 minutes sur 2000 ISO. Télescope T150/750, le 13 avril 2017. On distingue la nébuleuse planétaire NGC2438 (Mv: 11), petit nuage bleu proche du centre de la photo.

La ceinture d’Orion : une vue d’ensemble

La constellation d’Orion est l’une des plus belles du ciel nocturne. Visible en hiver en direction du sud, elle figure un chasseur de la mythologie grecque. Orion est facilement reconnaissable par sa ceinture : un alignement immanquable de trois étoiles brillantes bien visible à l’œil nu. De gauche à droite : Alnitak, Alnilam et Mintaka. Sous la ceinture, un alignement d’étoiles perpendiculaire représente l’épée du chasseur.

Toute la région est riche en nébuleuses. La grande nébuleuse d’Orion (M42) se situe dans l’épée et est visible à l’œil nu.

sword_7imps
La ceinture et l’épée d’Orion. Les trois étoiles bleues brillantes sont Alnitak, Alnilam et Mintaka. Une petite nébuleuse est visible à gauche d’Alnitak. La Grande Nébuleuse d’Orion domine l’épée, mais d’autres nuages interstellaires sont visibles. Superposition de 7 photographies prises au téléobjectif de 135 mm, entraîné par la monture du télescope. Pose totale de 210 secondes sur 2000 ISO. L’état du ciel était plutôt médiocre, avec des bancs de brume. Et la mise au point laisse un peu à désirer. Le 18-02-2017.

Nous entrerons dans l’intimité de la région dans un post futur.

Les trésors de Cassiopée

La constellation de Cassiopée est visible toute l’année depuis nos latitudes. Les soirs d’automne, elle monte haut dans le ciel dans sa course autour de l’Etoile Polaire. Elle est facilement reconnaissable à sa forme de W céleste. Ancrée au cœur de la Voie Lactée, Cassiopée cache quelques magnifiques amas d’étoiles.

Après une journée du 29 octobre limpide et estivale, le ciel se voile avec la tombée du jour. La brume rôde à proximité du sol. Ses rubans passent et repassent autour du clocher de l’église, ce qui diffuse brutalement l’éclairage de celui-ci dans tout le ciel. Je profite des moments sombres pour photographier le magnifique amas d’étoiles M52 dans la constellation de Cassiopée.

m52_5im_ps
M52. Addition de 5 prises de vue au télescope T150/750 sur 2500 ISO, pose totale de 100 secondes. Le 29 octobre 2016. Le guidage laisse un peu à désirer…

Les étoiles de M52 sont nées il y a environ 35 millions d’années, et l’amas se trouve à environ 5000 années-lumière de la Terre.

Située à un peu plus d’un diamètre lunaire vers le nord ouest, on trouve la minuscule nébuleuse de la Bulle (NGC7635). Un des clichés l’a bien enregistrée.

ngc7635
NGC7635. Photo unique de 20 secondes à 6400 ISO. Agrandissement d’un cliché pris au télescope T150/750, le 29 octobre 2016.

Je reviendrai me promener dans cette région sous peu.

La Lagune céleste

A 5000 années-lumière du système solaire dans la direction du noyau de notre Galaxie, s’étendent sur une centaine d’années-lumière les voiles de la nébuleuse de la Lagune (M8). C’est la nébuleuse la plus brillante du ciel, mais située dans le Sagittaire, elle reste proche de l’horizon à nos latitudes, et sa lumière nous arrive atténuée par notre atmosphère. Mais le spectacle reste magnifique…

m8_5im_psz2
M8, la Lagune. Télescope T150/750, pose totale de 100 secondes sur 2000 ISO. La nébuleuse est à 19° au-dessus de l’horizon, le 23 août 2016.

La nébuleuse doit son nom à la bande de poussière qui la coupe en deux. Dans la partie la moins brillante du nuage se niche l’amas d’étoiles NGC 6530. Toutes ces étoiles sont nées de la nébuleuse.

M8 et M20 (« post » précédent) ne sont séparés que de quelques degrés. Pendant le cadrage de M8, j’ai réalisé par hasard une photo qui montre les deux sœurs.

m8_m20_bwz
M20 et M8. Télescope T150/750, pose de 20 secondes sur 2000 ISO. 23 août 2016. Le contraste a été fortement augmenté avec Photoshop.